Diese Seite erfordert Flash.

Questions-réponses de septembre

5 Octobre 2009

Questions-réponses avec Emmanuel Robinet, directeur Recherche et Développement

2009_qa_1La course d'endurance est considérée comme l'un des sports mécaniques les plus difficiles, les pneus de course étant sollicités plus longtemps que lors d'une course normale. Le Bol d'Or est l'une des courses les plus dures et les pneus y sont soumis à rude épreuve : les conditions météorologiques et les températures se succèdent pendant les 24 longues heures. Avant l'édition 2009, Emmanuel Robinet, directeur Recherche et Développement de Dunlop Motorcycle and Motorsport, a assisté à de nombreuses séances d'essai avec le Suzuki Endurance Racing Team (SERT), afin de mettre au point des pneus capables de supporter toutes les conditions de course, et permettant au team de remporter une victoire bien méritée.

Remporter le Bol d'Or est un fantastique exploit pour Dunlop. Pouvez-vous nous expliquer les avantages apporté par les pneus Dunlop au SERT par rapport à leurs concurrents ?
Nous avons avant tout cherché à améliorer l'adhérence et la régularité, quelles que soient les conditions. Nous avons appliqué une approche systématique permettant de comprendre les principaux facteurs de la conception d'un pneumatique. Je pense que notre force a résidé dans des temps au tour extrêmement réguliers pendant la course. Nous n'avons peut-être pas eu les temps au tour les plus rapides des 24 heures, mais nous sommes restés très réguliers pendant toute la course, quelles que soient les conditions (jour / nuit, chaud / froid).

Quels sont les défis spécifiques rencontrés par Dunlop dans la conception de pneus pour une course d'endurance de 24h ?
2009_qa_2Les conditions changent beaucoup au cours des 24h d'une course. Nous avons donc besoin de bien cerner les produits fonctionnant le mieux et dans quelles conditions (plage) d'utilisation : jour / nuit, températures élevées / basses, temps sec / humide. Continuer à proposer les meilleures performances, quelles que soient les conditions, est un énorme travail. La transition est également très difficile à gérer : en cas de changement de pneus trop tardif, vous risquez de rater la plage des performances optimales. Vous devez choisir : soit de grandes plages avec un produit solide et des temps de passage réguliers soit des plages réduites avec des pneus à la technologie évoluée, ce qui est très difficile (voire impossible) à gérer sur certaines courses. Chaque course d'endurance est une nouvelle équation à résoudre...

Toute l'année, le SERT et Dunlop ont fait ensemble des essais approfondis pour préparer le Bol d'Or. Pouvez-vous nous expliquer sur quoi portent vos essais et quels problèmes cherchez-vous particulièrement à résoudre ?
Nous avons commencé la phase de développement intensif juste après les 24h du Mans, cette année. Nous avons commencé à développer de nouvelles formes de cavités pour les pneus afin d'améliorer les temps au tour et la régularité puis, dans un second temps, nous avons mis au point la structure et les mélanges. Dans les courses d'endurance, ce qui compte avant tout, c'est de réaliser des temps au tour rapides et constants, avec une bonne régularité pendant plus longtemps, sans avoir à demander au pilote de se surpasser à chaque tour pour y arriver.

Quelles sont les particularités du circuit de Magny-Cours et comment avez-vous conçu le pneu destiné à ce circuit ?
Nous connaissons très bien Magny-Cours. Le circuit se caractérise par une faible abrasion, un seul virage long et rapide et plusieurs chicanes. Nous avons bien étudié ce circuit et nous connaissons le niveau d'énergie et d'effort en virage qu'il demande, à droite comme à gauche. Nous avons ainsi pu prévoir la structure et le mélange de la bande de roulement et les essais nous ont permis d'effectuer des réglages de précision sur les motos, tout en tenant compte des commentaires de pilotes.

Quel équilibre entre données techniques et commentaires des pilotes appliquez-vous pour améliorer les pneus dans les courses d'endurance ?
Comme nous l'avons vu précédemment, la confiance du pilote est fondamentale, tout particulièrement dans les courses de 24 h. Avec les temps au tour et la régularité, c'est le troisième facteur que nous prenons en compte. Les commentaires des pilotes sont fondamentaux pour comprendre comment les temps au tour ont été obtenus et comment le pneu arrière peut être amélioré, ainsi que la fiabilité avant et la stabilité des pneus pendant le freinage. La tenue de route est très importante. Sur ce point, une bonne compréhension du ressenti des pilotes est nécessaire pour progresser. Il s'agit d'un réel travail d'équipe avec le team Suzuki pour comprendre ce qui pourrait être amélioré sur la moto et sur le pneu.

Selon vous, quels avancées techniques les courses d'endurance offrent-elles aux pneus Dunlop de route ?
2009_qa_3Si nous consacrons du temps à cette discipline, c'est parce qu'elle nous aide à développer la technologie des pneus. Cette technologie peut être utilisée pour différents produits de compétition (comme les pneus 17'' développés pour le SUZUKI Junior Team pour le championnat de France) mais aussi pour les produits homologués route. La technologie quenous développons en course aujourd'hui est celle que nous allons commercialiser dans les années à venir. Les plages et les conditions d'utilisation nous aident à comprendre ce que la confiance signifie pour un pilote. C'est pourquoi nous avons décidé d'impliquer des personnes de Montluçon dans ce projet, qui travaillent sur les produits homologués route et easy racing afin de faciliter le transfert de technologie. Le RoadSmart, le Qualifier II, le GP Racer, le D211 GP etc. témoignent de la réussite de cette stratégie, que nous appliquons depuis plusieurs années et que poursuivrons.

Quelle est l'importance d'événements comme le Bol d'Or pour la recherche et le développement ?
Cette année, le Bol d'Or était un objectif stratégique pour la recherche et le développement, tout spécialement après les 24h du Mans. Gagner le Bol d'Or avec le SERT était notre objectif, et lorsque vous l'on sait que 7 motos (après la disqualification de la moto 63) sur les 10 premières roulaient sur pneus Dunlop, vous réalisez le travail et le développement accomplis ces dernières années. Si l'on regarde le niveau de la concurrence cette année, avec une seule moto dans les 5 premières (le SERT ne participait pas à la WEC cette année), il était bien plus relevé et nous avions la pression pour gagner avec Suzuki. La façon dont nous avons géré ce projet en tant qu'équipe était très importante : lorsque nous nous concentrons sur un objectif, en y consacrant les outils et les ressources nécessaires, avec l'implication de toute l'entreprise, nous avons le personnel qualifié et la technologie pour l'atteindre. Il est parfois surprenant de voir ce que nous pouvons réaliser en tant qu'équipe lorsque nous nous concentrons sur un objectif commun.

Est-ce que les pneus Dunlop se sont comportés comme prévu lors de la course ? Avez-vous rencontré des surprises ?
La course s'est parfaitement déroulée, grâce au SERT et à l'équipe. Nous avons tout géré comme prévu, nuit et jour, et nous n'avons rencontré aucun problème réel sur la moto ou sur les pneus. Peu de choses sont à améliorer (plus superficielles que fondamentales) et l'équipe travaille déjà sur la prochaine étape. C'est là la beauté des sports mécaniques, la remise en question perpétuelle : la prochaine course est toujours la plus importante.

Autres sites Dunlop

Voitures 4x4 & SUV Camions et autocars

Services

Distributeurs

Recommandez-nous

Envoyez à un ami